SNASUB-FSU Bordeaux

Bienvenue ! Régulièrement mis à jour, notre site évolue. Restez informé(e)s !

Pour nous suivre sur twitter : SNASUB-FSU Bordeaux @snasubfsubdx

#FF7537

Le 19 avril, pour une convergence de nos luttes : toutes et tous en grève et dans la rue

Casse du service public ferroviaire (cheminots en grève depuis le 3 avril), suppressions d'emplois dans les entreprises du privé (facilitées par les ordonnances Macron), restructurations non respectueuses de l'emploi (Carrefour, Ford, etc.), sélection pour l'accès à l'enseignement supérieur (étudiants, lycéens, enseignants ... en grève), généralisation des emplois précaires et précarité du revenu, suppression de postes de fonctionnaires, externalisation et privatisation de missions de services publics, facteurs en grève depuis 5 semaines...

La répression va bon train avec l'autorisation de licenciement de syndicalistes à La Poste, l'expulsion des facs par les forces de l'ordre ou les milices. Alors que le gouvernement tente d'opposer les une.s aux autres : 

Toutes et tous attaqué.es, nous ne pouvons que faire converger nos luttes.

Contre la casse de notre modèle social, les mobilisations se multiplient pour imposer d'autres choix : LE 19 AVRIL, tous les travailleurs et les travailleuses du public et du privé, les chômeur-ses, les retraité.es, les jeunes, sont appelé.es à participer à :

UNE JOURNÉE INTERPROFESSIONNELLE DE GREVE ET DE MANIFESTATIONS 

Pour une mobilisation de la jeunesse contre la réforme du Lycée et Parcoursup, des travailleur-ses du public et du privé, des privé.es d'emploi, des retraités, des usager.es pour la défense de leurs services publics du transport (SNCF), du courrier, de l’énergie, de l’éducation, de la santé…. En exigeant des moyens pour leur reconquête afin qu’ils puissent répondre aux besoins de la population de façon équitable.

Baisse des moyens humains et financiers, surcharge de travail, polyvalence, dégradations des conditions de travail, pressions, dépressions, burn-out, c’est le quotidien des travailleur-ses dans le public comme dans le privé. Il est temps d’y mettre fin !

22 mai : Toutes et tous engagé-es pour la Fonction publique !

Affaiblissement du dialogue social, recours accru au contrat et donc développement de l’emploi précaire, salaires «au mérite», «externalisation» de missions, abandon de «missions de services publics», non reconnaissance du travail des agent·es et de leurs qualifications, dégradation du pouvoir d’achat, «Plan de départs volontaires», prévision de 120 000 suppressions d'emplois en 5 ans dont 70 000 à la Fonction publique territoriale, toujours un agent sur cinq non titulaires sans perspective… voilà le nouveau monde en marche d’Emmanuel Macron !

Lire le tract : ici

Projet de transfert des DRONISEP et suppression des CIO : non !

Pour les personnels administratifs : les titulaires seraient reclassés dans d’autres services de l’Education Nationale (EPLE, rectorat, DSDEN,…). Pour les contractuels, ils pourraient eux aussi obtenir un poste ailleurs selon les besoins !

Un CIO ce n’est pas que des Psychologues de l’Education Nationale, c’est aussi des personnels administratifs qui participent à la dynamique du groupe par sa connaissance des circulaires, sa gestion par un suivi des dossiers, sa discrétion. Ils assurent le premier accueil du public très varié reçu au CIO qui va de l’élève et de sa famille scolarisé de la 6ème à la Terminale générale, technologique ou professionnelle, mais aussi à l’université ou en apprentissage. Nous recevons aussi les élèves en situation de décrochage ou en recherche d’un retour en formation, l’accueil des jeunes nouveaux arrivants sur le territoire, …

Réunion collective au siège du SNES-FSU Bordeaux, 138 rue de Pessac
le jeudi 12 avril 2018 à partir de 14 heures.
Ouverte à l'ensemble des collègues désirant se mobiliser pour la défense du service public !

Appel à une journée nationale de mobilisation et d’actions dans le supérieur et la recherche le 10 avril 2018

Appel à l'initiative de : SNASUB-FSU, SNCS-FSU, SNESUP-FSU, SNEP-FSU, SNETAP-FSU, CGT FERC-SUP, SNTRS-CGT, CGT-INRA, SLU, SOLIDAIRES ÉTUDIANT.E.S, SUD ÉDUCATION, SUD RECHERCHE EPST, UNEF, FIDL, SGL, UNL

Pour lire le tract intersyndical : Cliquer ici

Le gouvernement doit entendre la colère qui monte, retirer la loi Vidal et répondre aux revendications du personnel du supérieur et de la recherche

Après le succès de la journée nationale de mobilisation du 22 mars dans la fonction publique qui a réuni plus de 400 000 manifestant.e.s dans toute la France, après celles des 3 et 4 avril avec la grève des cheminots et le soutien des étudiant.e.s et de toute une partie de la population, le nombre d’universités et d’établissements mobilisés pour le retrait de la loi Vidal-ORE et contre la plate-forme Parcoursup ne cesse de croître. À ce jour, des assemblées générales sont régulièrement organisées dans au moins 25 établissements et plusieurs d’entre eux sont bloqués ou occupés. Bientôt, une centaine de départements ou UFR se seront engagés à ne pas participer au tri social des dossiers des lycéen.ne.s et à accepter tous les bachelier/ière.s. Non seulement le gouvernement reste sourd aux revendications des étudiant.e.s et des travailleur/euse.s engagé.e.s dans ces mouvements, mais il ouvre d’autres chantiers de réformes qui apparaissent comme autant de provocations :

Le 22 mars : en grève et dans les manifs pour défendre la fonction publique, le statut, nos emplois, nos carrières et nos salaires !

Pour prendre connaissance du numéro spécial du Convergences de mars 2018 : cliquer ici 

Jeudi 1er février s’est tenu le premier « Comité interministériel de la transformation publique ». Ce fut l’occasion pour le gouvernement de dévoiler en pratique ce qu’il entend par « action publique 2022 ». Les annonces qui y ont été faites rappellent furieusement l’ensemble du catalogue des promesses de mauvais coups pour la fonction publique d’intérêt général et ses personnels.

Les rendez-vous dans nos départements :

Fiche de suivi syndical - promotions 2018

Vous aurez sûrement constaté une nouvelle mention dans les circulaires académiques. Il est spécifié, à présent, que vos supérieurs hiérarchiques doivent obligatoirement évaluer  votre aptitude au management et/ou à la conduite de projet.

En effet, les collègues de catégorie B et C qui ne se trouvaient pas en situation d'encadrement ou n'avaient pas eu la responsabilité de piloter un projet (et vous êtes nombreux dans ce cas) étaient systématiquement écartés de la promotion au tableau d'avancement (et de la liste d'aptitude s'agissant des collègues de catégorie C). Et ce, dans le déni de leurs droits statutaires !

CAP 22 : Répondez à notre questionnaire : « LES SERVICES PUBLICS QU’IL NOUS FAUT ! »

Les services publics sont un élément fondamental de notre histoire commune. Les collectifs de la Convergence, les coordinations et de nombreuses organisations syndicales, associatives et politiques portent le combat pour conserver, défendre, développer et améliorer les services publics depuis de nombreuses années.

Le gouvernement a décidé de s’attaquer aux services publics par le biais d’une opération « d’expertise et de consultation » intitulée CAP 22 (comité action publique 2022) ainsi que d’un « grand forum de l’action publique » d’ici mars 2018. Son objectif annoncé : réduire le champ du service public, supprimer 120 000 emplois de fonctionnaires, développer l’emploi précaire, économiser 60 milliards d’euros.

Pétition pour la fonction publique

Pétition pour la Fonction publique et les services publics, Pour le pouvoir d’achat, les missions publiques, le statut, Pour l’emploi et les conditions de travail, à l’initiative de CFTC, CFE-CGC, CGT, FA-FP, FO, FSU, SOLIDAIRES

SIGNER LA PÉTITION : ICI

Pétition pour la Fonction publique et les services publics, Pour le pouvoir d’achat, les missions publiques, le statut, Pour l’emploi et les conditions de travail, à l’initiative de CFTC, CFE-CGC, CGT, FA-FP, FO, FSU, SOLIDAIRES

Destinataire : Olivier DUSSOPT, secrétaire d’État auprès du ministre de l’action et des comptes publics

Le gouvernement a décidé de s’attaquer frontalement à la fonction publique, à ses missions et ses agents. Après le gel de la valeur du point, le rétablissement du jour de carence, les 120000 nouvelles suppressions d’emplois, les annonces unilatérales faites le 1er février constituent autant de graves régressions potentielles. Que ce soit en matière de pouvoir d’achat, de défense des missions publiques et des moyens qui leurs sont attribués, les politiques actuelles vont dans le mauvais sens tant pour les agents, que les missions publiques et la population.