Déclaration préalable à la CAPA des adjaenes 17-12-2020

Déclaration préalable du snasub-FSu d'Aquitaine à la CAPA des ADJAENES  du 17 décembre 2020

Madame la rectrice,

Avant de débuter notre séance, nous voulons rappeler les conditions d’une rentrée très particulière. Particulière au regard dune nouvelle vague de contamination dans laquelle le service public, notamment celui dEducation, joue difficilement mais pleinement son rôle sans pour autant disposer de nouveaux moyens à la hauteur de la situation. Particulière également après l’assassinat de Samuel Paty qui a bouleversé lensemble des personnels sur fond de confusion et de revirements ministériels, avec maintenant lapplication du plan Vigipirate « Urgence attentat » en sus des protocoles sanitaires. Tous ces éléments, parmi dautres, entraînent bien souvent un climat de travail dégradé et des surcharges de travail. Alors quil faudrait dans cette situation encore plus déchanges et de paritarisme pour faire face, nous assistons aujourdhui à la fin des CAP telles que nous les connaissions. La loi du 19 octobre 1946, renforcée par la suite au début des années 80, relative au statut général des fonctionnaires avait notamment pour but de garantir un principe dégalité et un principe dindépendance. La loi dite de « transformation de la Fonction publique » est une régression importante. Ainsi, au 1er janvier 2021, lAdministration opérera seule en matière de mutation et de promotion sans aucun contrôle collectif a priori. Demain, le rôle des CAP sera limité à l’examen des décisions individuelles défavorables aux agents ; pour le reste, place sera laissée à une Administration omnipotente et opaque dans ses produres.

Le SNASUB-FSU continuera à se battre pour des avancées collectives et ne peut se satisfaire du rôle auquel les instances seront reléguées. Cette rentrée en revanche n’est pas particulière sur le terrain de la discussion salariale. Alors que les agents de la Fonction publique sont en première ligne dans la gestion des crises et permettent la poursuite de l’instruction, et quelles et quils concourent chaque jour à la production de richesses, leur travail nest clairement pas reconnu à sa juste valeur. Le « Grenelle de léducation » oublie complètement les agents hors du champ de lenseignement sans entendre le légitime besoin de reconnaissance des personnels. Pourtant, le gel continu du point dindice aura considérablement affaibli le pouvoir dachat de tous les agents. Alors que les missions des personnels ont fortement évoles depuis des années et vont continuer à muter, la requalification des postes de C en B et de B en A reste marginale là où elle devrait être massive, bien loin de la réalité du travail réalisé et des responsabilités prises. Bien souvent également les personnels sont en sous effectifs. Il convient de créer des postes, statutaires, en nombre suffisant et pas simplement de répartir dans les services un nombre contraint et insuffisant dagents.

Pour le SNASUB-FSU, Frédéric SCIBOR,

Commissaire paritaire pour la CAPA des ADJAENES