Texte action – CDFN des 2 et 3 février 2021

Le contexte international est marqué par un changement présidentiel et la victoire des démocrates aux Etats Unis. La société américaine reste marquée par une profonde fracture héritée de décennies de politiques inégalitaires. La tentative de coup de force de Trump et de ses partisans par l’envahissement du Capitole constitue une alerte sérieuse sur les fondements démocratiques. La montée des idées d’extrême droite continue de nous inquiéter. Il y a toutefois des raisons d’espérer dans les capacités de mobilisation populaire comme le montrent les succès du mouvement social indien face au gouvernement d’extrême droite de Modi. Les marches de paysans sur Delhi et la grève générale du 26 janvier, qui a rassemblé plus de 250 millions de personnes, sont un encouragement à développer les résistances au néolibéralisme autoritaire. C'est le cas également en Argentine ou en Pologne où les mobilisations féministes montrent que les luttes peuvent être massives voire victorieuses. La FSU condamne avec la plus grande fermeté l'arrestation et la condamnation de l'opposant Alexeï Navalny à son retour à Moscou après une tentative d'assassinat. Elle s'inquiète des atteintes répétées aux droits de l'Homme dans le pays et dénonce l'acharnement de Poutine en direction de ses opposants. Elle soutient les manifestations pour la liberté des Belarusses.

En France, le contexte continue d’être marqué fortement par la pandémie qui impose son rythme à l’ensemble de la société depuis près d’un an. Les perspectives immédiates ne sont guère réjouissantes, entre circulation de variants plus contagieux, lenteur de la vaccination dépendante des big pharmas, défaillances au sommet de l’Etat, et surtout crise économique et sociale dont les effets se font d’ores et déjà sentir mais qui pourrait être de beaucoup plus grande ampleur encore. La gestion de la crise par le gouvernement a donné lieu à des mesures d’exception sans remise en cause fondamentale du dogme libéral. La jeunesse est la première impactée par la crise sanitaire.  Ses effets délétères ont des conséquences désastreuses sur leurs conditions de vies et de formation et des effets néfastes sur leurs santés. Leurs possibilités d’insertion professionnelle se détériorent et la politique développée pour le gouvernement de baisse du cout du travail fait craindre des conséquences négatives sur leur niveau de rémunération dans le long terme

Dans ce contexte pandémique, la FSU appelle à signer la pétition « pas de profit sur la pandémie » et revendique que les brevets privés sur la vaccination soient considérés comme un bien commun et transformés en licences obligatoires. Dans ce contexte, la FSU réaffirme sa volonté de jouer tout son rôle dans la défense du monde du travail confronté à la crise sanitaire et ses impacts tout comme sa volonté de construire des perspectives de sortie de crise. Pour cela, la FSU entend faire de la question des services publics le cœur de ses mobilisations. En effet, si la crise a de nouveau fait la démonstration que les services publics permettaient de faire tenir la société, elle a aussi révélé leur fragilisation par des années de politiques d’austérité. En particulier, la France paie aujourd’hui l’absence de moyens donnés aux EHPAD publics, et plus largement la construction d'un véritable service public de la dépendance, le démantèlement de l’hôpital public et le sous-investissement dans la recherche publique concernant notamment le vaccin. La FSU revendique des services publics renforcés, à même de préparer, accueillir et protéger la population fragilisée et être les piliers d’un monde d’après plus juste, plus démocratique et écologique. La FSU exige l’abandon définitif des réformes régressives (assurance chômage, retraites). Dans cette logique, elle exige le redéploiement des politiques publiques vers l’intérêt général et la transition énergétique. La publication du rapport Oxfam sur l’enrichissement des plus riches est une fois de plus édifiant, la FSU réaffirme la nécessité d’une taxation des richesses et d'une autre répartition ce qui suppose une réforme fiscale l'augmentation des salaires et la baisse du temps de travail.

Lire la suite:

PDF icontexte_action_cdfn_fev_2021.pdf

 

Catégorie: